La Puce à l'Oreille est une association qui diffuse des annonces sur le bien-être, le développement personnel, l'écologie, ...

Le tantra : un socle expérientiel … pour transformer sa vie

Désir, sexualité sacrée, féminin & masculin. Comment la pratique du tantra dans les stages constitue un vecteur de libération et d'autonomie ...

Le féminin & le masculin sacrés

Pour un homme : qu’est-ce que cela signifie, d’avoir du féminin en soi? Peut-être bien qu’accueillir sa vulnérabilité et se sentir sensible et tendre n’est pas « perdre sa virilité » ?! Peut-être bien même que c’est le contraire ! Quoi de plus rassurant et attirant pour une femme en chemin, que de rencontrer un homme en paix, dans sa vulnérabilité et sa puissance, qui assume ses forces … comme ses faiblesses … qui deviennent alors une force !

Pour une femme, avoir du masculin en soi est peut-être plus facile à identifier : dans notre société occidentale, avec le rythme qui s'accélère de plus en plus, où le faire laisse peu de place à l'être , la place pour le féminin semble étroite. Rester femme dans son quotidien n’est pas une mince affaire, quand on doit assurer sur tous les plans : au travail, à la maison, en tant que compagne, mère, amante, aimante, working-girl etc ... Comment ne pas se laisser submerger par cette part de tenir , agir , contrôler ... cette surcharge mentale dont on commence à parler.

Le tantra invite à revisiter et réveiller nos parts féminines et masculines vertueuses, essentielles, sacrées ! Pour un féminin de l’être, doux, sensible, intuitif & un masculin protecteur et tendre... telle est l’équation en Je(u).

Selon l’approche tantrique, réconcilier en soi ces deux principes fondateurs permet d’harmoniser corps, émotions, pensées, pour exister au rythme de son cœur pacifié. Cet agencement harmonieux favorise aussi une reliance plus authentique aux autres, dans la bienveillance et l’émerveillement. C’est la relation « par le cœur ».

“ On ne voit rien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux”

Le Petit Prince - Antoine de St Exupéry

 

 Il s’agit ainsi de « faire couple » d’abord avec soi-même et de révéler symboliquement son propre cercle, plein, entier, nourri, autonome… pour mieux rencontrer ensuite le cercle de l’autre, forcément différent et complémentaire.

Cette approche en conscience permet la synergie de deux cercles. C’est l’Alliance - pour une dimension sacrée de la relation. En cela, changer le monde commence d’abord par sa propre transformation : il s’agit de « changer son monde ».

Le retour « chez Soi »

 data-type=

Le tantra permet à chacun, peu à peu, de revenir « chez soi » : de se reconnecter à ses sensations, ses émotions, à son être profond. Certains exercices proposés permettent de prendre conscience de ses limites, et de savoir dire « non » de manière bienveillante, en toute intégrité, en lâchant cette peur de faire du mal à l’autre. Si par exemple, l’autre se sent blessé par ce « non », cela lui appartient. C’est un chemin d’autonomie. Car : savoir dire “non” à l’autre ... est un vrai “oui” à soi.

D’autres exercices proposent un échange énergétique du regard. Le simple fait d’être vu, yeux dans les yeux, pendant 3 - 4 minutes, dans l’immobilité, est souvent vécu comme une révélation. J’ai souvent vu des participants se sentir émus, voir pleurer d’avoir été « vus ». Dans notre vie quotidienne, prend-t-on le temps de « voir » l’autre vraiment ? Les yeux sont le prolongement de l’âme, dit-on. C’est « le lien ». Un lien vers de nouvelles frontières de l’Être.

Le corps … lieu du Soi

Le corps humain est au centre de la philosophie tantrique : c’est un univers en soi, il contient l’universalité. Dieu - ou l’énergie universelle - est en soi et non à l’extérieur. C’est à cet endroit que réside notre vitalité existentielle. Et c'est en se reliant le plus souvent possible à ce centre, ce noyau divin qui est en chacun de nous, que nous pouvons nous sentir réconciliés. C'est une voie de libération.

Cela semble évident mais il est intéressant de le souligner : à quelques exceptions près, nous sommes tous issus d’un coït, et du plaisir. Dans la philosophie tantrique, le plaisir n’est pas condamné ou combattu. Ceci à contrario de notre monde occidental, dans lequel la grande difficulté est d’accepter que nous sommes majoritairement des êtres de désir, et d’assumer le plaisir.

La libido, le plaisir est un chemin vers la libération. C’est une nécessité ! Le tantrika (celui qui pratique le tantra) proclame la chance que nous avons d’être incarnés dans un corps. Nous oublions trop souvent la complexité du corps humain et ce cadeau qu’est la vie créée par la rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule ! C’est une chance. L’humanité toute entière contient cette sagesse de l’union du corps et de l’esprit, et cette sagesse est en chacun de nous.

C’est la grande différence d’avec les traditions monothéistes judéo-chrétiennes et musulmanes, pour lesquelles le plaisir est quelque chose contre lequel il faut lutter. Pratiquer le tantra dans des stages permet ainsi de se connecter à son corps, à ses sensations. Il nous invite à aimer notre corps, au-delà des défauts ou des projections que l’on lui donne (souvent véhiculées par l’éducation ou le bouillon de culture colporté par les stéréotypes imposés par médias et la publicité). Entendre de la part d’un autre « je te trouve beau » ou « comme tu es belle » est source d’une grande libération. Par ailleurs, un stage de tantra peut ouvrir la parole à la sexualité : il s’agit dédramatiser ce sujet encore « tabou » pour « crever les abcès » et libérer le poids de l’interdit. Après tout, notre sexe fait partie de notre corps, au même titre qu’une main ou un doigt de pied ! L’approche du tantra permet de voir, considérer, accepter son sexe tel qu’il est, dans la bienveillance et le sacré.

Libido et désir

Le tantra, par certains exercices, permet de se connecter au désir. Via des jeux de rôle par exemple, dans lesquels l’un va jouer à séduire l’autre : le fait d’être simplement « vu » et éventuellement désiré par l’autre est une invitation à se désirer soi, à se connecter à son énergie vitale.

Certaines structures tantriques invitent à faire circuler son énergie vitale, au travers de ses chakras. Cela peut être via des exercices de méditations dynamiques d’Osho par exemple, à l’occasion desquels le souffle est accéléré, le corps est en mouvement saccadé, de manière à ce que le mental lâche le contrôle, et que l’énergie circule de manière plus fluide. Ces pratiques permettent de se connecter de plus en plus à ses désirs, et d’être plus en paix dans son rapport à eux : « je suis comme je suis » ; « j’accepte mon désir » ; « je pose mon désir » ; « je prends plaisir à être comme cela ». Désirer devient un plaisir sans exigence de devoir quelque chose envers l’autre, ou de passage à l'acte sexuel.

Sabryna Berthoud - Thérapeute psycho corporelle - Stages Tantralliance : https://www.tantralliance.com/

Tél. : 0663177180
Mail
Site internet

Article créé le 10/01/2019 par Berthoud Sabrina