La Puce à l'Oreille est une association qui diffuse des annonces sur le bien-être, le développement personnel, l'écologie, ...

La Puce à l'Oreille

Retour newsletter

Participons à la grande histoire de l’humanité !

Les héros du passé, présent, futur.

Lorsqu’il s’agit de parler de l’Histoire, nous pouvons utiliser une frise chronologique. Elle permet de distinguer différentes grandes périodes, de resituer un évènement dans un ensemble, et de prendre de la hauteur, au-delà de cette vie. Ce sont d’ailleurs trois temps qui rythment notre langue, Passé, Présent et Futur, et nous avons appris dès l’enfance à les conjuguer pour nous exprimer. C’est un récit qui s’adresse d’ailleurs à l’Enfant Intérieur…

Je vous emmène donc à travers le temps dans un voyage, pour faire passer le message, Que la terre n’a pas fait naufrage parmi la mort et les egos. Elle navigue toujours, sur le grand fleuve Amour, Où les vagues et tempêtes font naître les héros.

Le mot héros fait penser à la mythologie et à l’antiquité. Et c’est dans le berceau de notre civilisation occidentale que je vous invite dans un premier temps, plus particulièrement à Athènes. Savez-vous que l’Acropole est encore un des sites les plus visiter au monde ?

A l’heure où notre civilisation touche à sa fin et est en pleine décadence, quel est l’intérêt de revenir sur l’histoire de sa fondation ? Non pas pour être rempli de nostalgie et bloquer sur le passé, mais pour s’émerveiller de la prouesse des héros civilisateurs, pour se souvenir de ces élans de renouveau qui ont marqué bon nombre de cultures dans l’histoire de l’humanité.

En cette période où tout est confiné, nous prendrons donc de la hauteur en faisant un point astrologique sur ce qui se passe dans le ciel, pour resituer ce que nous vivons dans un ensemble plus vaste, pour pouvoir mieux y revenir et choisir de jouer notre note dans cette grande symphonie.

En espérant que cela puisse encourager à lâcher nos habitudes du passé, nos petitesses, et que cela réveille les cœurs qui souhaitent participer activement à construire une nouvelle culture, dès aujourd’hui. Il est temps de se fédérer et de s’encourager à assumer cette belle responsabilité du cœur !

 

Athènes : sur les traces de l’impulsion civilisatrice.

J’ai étudié l’histoire d’Athènes antique en méditation, jusqu’à me donner envie d’aller la visiter, et j’ai été époustouflée. Les ruines sont encore tellement présentes, quelle énergie, quelle grandeur du passé, ce qui m’inspire respect, humilité, mais aussi ce qui réveille mon feu créateur.

L’histoire commence au-dessus de l’Acropole, ce rocher calcaire qui est à lui seul un autel terrestre élevé pour le Ciel.

L’histoire commence donc au-dessus d’Athènes, au-delà des nuages, dans le monde des Dieux. C’est là d’ailleurs que Tout commence… Il y a donc d’un côté la présence du monde spirituel, incarné par Athéna dans cette histoire.

Et puis il y a l’histoire des héros. De ceux qui vont capter, recueillir les impulsions spirituelles pour les manifester. C’est ce que représentent tous les temples bâtis dans cet espace sacré. C’est une source énergétique, qui coule depuis le ciel, se déverse sur l’acropole, là où certains sont prêts à faire les efforts pour consolider, bâtir du solide, ce sont les pionniers. Et ensuite cette source se déverse dans la ville, elle est nourrie par tous les habitants, qui sont également habités par un même élan. Alors la source grandit encore, et s’écoule jusqu’à la mer, vers le port du Pirée. Et là elle se déverse dans la mer Egée, elle vient toucher de nouvelles cités, qui s’approprient son énergie, c’est l’hégémonie. Alors la source est devenue assez puissante pour devenir une nouvelle culture, et forte de ses innombrables innovations et bienfaits, elle est diffusée à travers d’autres peuples qui l’adoptent également, car ils ont soif de ces nouveautés. Elle est alors largement diffusée, elle touche tout un continent, et se colore et se pose pour imprégner la terre et le temps.

2500 ans plus tard, je veux dire merci aux héros. Le héros civilisateur est donc un être qui se sent concerné par le devenir d’un lieu, d’un sujet ou domaine d’activité, et qui ressent ce qu’il peut lui apporter. Il se met ainsi au service de la Nouvelle Culture.

Le héros civilisateur est donc un allié des impulsions du monde spirituel, car il veille à poser et maintenir les piliers fondateurs d’une civilisation.

Depuis mes recherches sur Athènes, je regarde de manière nouvelle l’enseignement de Pierre Lassalle, que je connais pourtant depuis presque 10 ans. Pourquoi passe-t-il son temps à parler du futur ? et à préciser que pour qu’il advienne, c’est dès maintenant qu’il faut en apporter les germes ? C’est parce que c’est un héros civilisateur. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il passe aussi son temps à écrire des livres pour nous aider à révéler nos cœurs de héros ou héroïnes, car c’est en chacun ! Je pense à L’Aventure héroïque, l’Héroïsme de l’amour, le Tarot des héros, le Sentier des superhéros, et les romans de Kaya Dove pour citer les plus évidents de ces ouvrages (aux éditions Terre de Lumière).

L’héroïsme, au départ, je ne voyais pas le rapport avec moi ! « Heu, non merci ! »

Et pourtant, je me suis surprise à réveiller ces forces insoupçonnées en moi, au fur et à mesure que j’ai contacté ma source divine, ma Dame, mon âme céleste, car je suis son chevalier. Vous voyez, cet élan chevaleresque qui dit à son Esprit : « Pour toi, ma belle, je ferais n’importe quoi ! », par amour. C’est là qu’a commencé ma propre mythologie. J’ai commencé à m’extraire des mailles du filet de la matière, pour goûter au fait que je peux manifester sur terre l’esprit que je suis. Je suis devenue créatrice grâce à la méditation, car l’esprit, je l’ai rencontré ! Gratitude, car cela contraste tellement avec ma personnalité. J’ai toujours cherché la nouveauté, ne trouvant aucun intérêt dans le fait de copier. Alors quelle grâce de recevoir des impulsions nouvelles, des inspirations, cela donne la force et le courage pour les manifester, et de faire les changements dans ma vie pour les voir se réaliser. L’être humain est un créateur ! J’étais guide touristique et je suis devenue potière, puis j’ai fait de l’astrologie, et me voilà maintenant à accompagner les morts au passage de l’au-delà. Nous ne sommes pas un métier, mais bel et bien des qualités à exprimer. C’est d’ailleurs avec cette conscience nouvelle que je renouvelle mon intérêt pour les lieux et l’histoire. Certains sujets qui me passionnaient déjà prennent donc une dimension plus vaste et profonde. Je cherche ainsi à mieux comprendre la grande aventure humaine.

 

L’impulsion de départ de notre civilisation a donc été lancée cinq siècles avant notre ère. Et aujourd’hui, nous en sommes à la fin. D’ailleurs, que reste-t-il de cette influence culturelle ? Est-ce que la pensée est encore nourrie par la philosophie et qu’elle est à la base de nos actions sociales ? Est-ce que l’art cultive l’idéal de beauté, de dévotion et de transcendance ? Et est-ce que la politique se met au service de la cité et du peuple ? Bon, ce n’est pas un constat agréable, mais ce n’est quand même pas un scoop ! Nous sommes bel et bien à une période de transition entre la fin d’une histoire et le début d’une autre. Je ne cherche pas à dédramatiser tous les faits déplorables qui sont en train de se passer. C’est surtout le fait de ne pas changer qui amène autant cette dangerosité pour la planète et l’humanité ! Je veux juste rappeler que l’humanité a connu de nombreuses civilisations. Et se relier aux rythmes, aux grands cycles, me permet plus facilement d’accepter ce fait et de faire le deuil du passé, et de surtout me saisir jusque dans ma volonté pour participer à la nouveauté.

« Bon, les gars, c’étaient chouette, il y a eu vraiment du bon, mais là, faut peut-être qu’on passe à autre chose ? » Il s’agit de mettre notre énergie à bâtir la nouveauté. Et c’est justement ce qui se passe dans le ciel depuis ces dernières années.

 

Position des planètes et rythmes de civilisation.

Le cycles des planètes, comme une grande horloge cosmique, nous permet de vivre ces grands rythmes de civilisation. Et dans le ciel, ces derniers mois, il y a une planète qui a fait beaucoup parler d’elle, c’est Pluton. Et conjoint à Saturne à la mi-janvier, elles sont venues nous redire : « Il est temps de changer ! ». Pluton n’est pas toujours très appréciée par les astrologues, et elle fait un peu peur avec ces mots clefs : mort, renaissance, épreuve, remise en question, transcendance, transformation etc. Les gens se demandent ce qu’il va leur tomber sur la tête.

Mais j’ai goûté il y a peu à une autre vision de Pluton. Car la première énergie qu’elle porte, c’est l’Amour ! Et son vœu, sa volonté, est que la Terre devienne un Soleil. C’est donc avec ce grand but, et avec tout son amour, qu’elle apporte son énergie de transformation. C’est une planète alchimique ! Alors forcément, cela demande des remises en question, des évènements qui nous mettent à l’épreuve, des crises de mort-renaissance. Ce n’est pas toujours agréable de passer à la machine à laver, mais c’est surtout quand on manque de prise de hauteur, et que l’on reste dans l’incompréhension du pourquoi cela nous arrive. Une des clefs est de chercher la bienveillance de la vie, et de penser au grand but final : le soleil ! C’est finalement la première motivation du héros, de devenir un soleil !

En janvier 2020 donc, le duo saturne-pluton en capricorne relançait l’appel : « Sens-tu ta responsabilité à bâtir le futur et donc à transformer tes structures établies, pour devenir ta propre autorité ? » Et Neptune en sextile rappelait notre autorité profonde, la seule, la vraie : notre cœur qui bat pour un grand idéal. « Je suis responsable de mes rêves, et pour qu’ils deviennent réalité, je me transforme à souhait ».

Ces derniers temps, c’est Jupiter qui s’est rapprocher de Pluton. Et Jupiter, c’est avant tout l’Expansion… Ah zut ! pendant un confinement, où les impulsions ne peuvent être réalisées ou déployées, pas facile de toucher à l’expansion. A moins que cela appelle à l’expansion intérieure, une invitation à la méditation, à la sagesse, à l’évolution. Car comme pour Athènes, l’histoire commence dans la reliance au ciel. Le confinement devient l’occasion de moments de solitude, pour saisir l’extraordinaire aventure qu’est notre vie, celle de participer à une nouvelle civilisation ! Et cela contraste avec notre « petite vie », c’est bien pour cela que nous avons besoin de Pluton !

Alors pour que ce tunnel du confinement devienne une chrysalide, il faut bien réveiller les graines du futur que nous portons, pour qu’elles puissent germer, afin de décider de les planter et de ne jamais plus oublié de les arroser. Pour que naissent de nouvelles cités, une nouvelle humanité, pas que dans nos rêves, pas que dans nos pensées, mais dans nos actions, car la nouvelle humanité, c’est nous en devenir.

Je repense au livre Les enfants de l’an 2000 de Irène Andrieu. L’auteure a cherché, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, les conjonctions ou oppositions entre Saturne et Pluton notamment. Ces deux aspects marquent des tournants au cœur des civilisations. Elle s’est amusée (enfin j’espère !) à relier ces rendez-vous planétaires avec des grands faits de civilisations. Elle a noté de cette manière des aspects significatifs depuis le début des années 80 jusque dans les années 2000 qui marquent les nouvelles générations, par cette volonté de bâtir une nouvelle culture. C’est une réalité ! Prenons soin de réveiller et de manifester ces impulsions nouvelles qui germent dans nos cœurs, car nous sommes venus pour cela, ne passons pas à côté de notre destinée, quelle belle responsabilité !

Graines du Futur Le futur et ses mystères, chacun peut les révéler, A hauteur qu’il se libère, et qu’il se met à semer. Les nouvelles graines éclairées que son cœur à fait germer, Pour que la terre et le ciel soient à nouveau accordés.

 

 

Devenons des piliers pour édifier les temples de la civilisation de demain.

Temple de la santé, temple de l’éducation, temple de l’art et de la beauté, Temple de la nature…, vous imaginez les cités du futur, chacune avec une ou plusieurs valeurs centrales qui animent tous les êtres qui y vivent ?

C’est vrai que ça va nous changer des villes actuelles, où toutes les villes se ressemblent, avec leurs temples de la consommation… Et quand un individu déménage, il ne se demande pas les valeurs ou projets du nouveau lieu où il va, et comment il peut y apporter sa couleur…

Dans le mythe de fondation d’Athènes, Kékrops cherche une divinité tutélaire pour sa ville. Car cela donne un sens, une direction, un point commun. C’est ce qui permet d’unifier un groupe d’individu. C’est la base. Sinon, pas d’identité, ce qui laisse entrer la zizanie. Le dieu tutélaire, avec ses attributs et qualités - nous pourrions dire aujourd’hui les valeurs qu’il représente - devient donc le garant de l’unification d’un groupe d’individu, car chacun, à sa manière, se sent relié à cet être, et il peut l’honorer dans ses actions. C’est une sorte de filiation.

Je me suis rendu compte que nous sommes nombreux à nous sentir reliés au futur, à sentir que nous sommes venus pour cela, que nous ne sommes pas de ce monde. Et c’est pour cela qu’il faut se renforcer, affirmer nos volontés, nous entraider, et collaborer !

Dans la ville de Montpellier, il est écrit sur un mur : « si tu vois quelque chose qui ne va pas dans ce monde, c’est que tu es né pour le changer ».

Connaissez-vous les ligues du Kaya Team Universe ?

C’est une organisation basée sur les planètes de notre système solaire, car chacune porte des valeurs et des qualités. Exemple : la protection pour la Lune, la beauté pour Vénus, la santé pour Mercure, etc.

Il existe plus de 60 ligues, qui représentent de nombreux domaines d’action, pour que chacun puisse se reconnaître dans ses missions ou aptitudes.

Quand j’ai découvert chez Saturne qu’il y avait la ligue des Passeurs d’âmes, cela a réjoui mon cœur ! Cela m’a permis de m’autoriser à déployer ces capacités en moi et à réaliser que c’était des qualités que je pouvais apporter au monde. J’ai pu discuter avec d’autres personnes de toutes la France de ce point commun un peu particulier, et depuis, nous formons un groupe de six femmes. Nous méditons ensemble pour accompagner les défunts, nous nous organisons pour faire des conférences ou atelier en duo. Il y a des thérapeutes, mais aussi des artistes. Ecrire un article à six mains, se partager nos expériences, nos recherches, nos doutes, ce que nous vivons intérieurement, cela crée beaucoup d’intimité, de profondeur et de respect entre nous. C’est d’une grande richesse. J’ai plutôt tendance à faire les choses seule, seule dans mon atelier de poterie. Mais cette expérience nouvelle a beaucoup de valeur à mes yeux, car je me sens plus fidèle à mes visions d’un futur fraternel.

C’est ainsi que je goûte au fait de devenir une pierre, un pilier, pour les cités de demain.

Et vous, quelle pierre êtes-vous pour le futur ?

Et avez-vous envie d’expérimenter des projets collectifs ?

Rendez-vous pour cela sur le site du Kaya Team Universe.

 

Anne Halais.

Tél. : 0499674873
Mail
Site internet

Article créé le 29/04/2020 par Anne Halais

Participons à la grande histoire de l’humanité !