La Puce à l'Oreille est une association qui diffuse des annonces sur le bien-être, le développement personnel, l'écologie, ...

La Puce à l'Oreille

Retour newsletter

Le Bouddha n'a pas transformé l'eau en vin

Il a découvert comment nous libérer de la souffrance envers la vieillesse, la maladie et la mort. Liser cet article pour comprendre comment.

Ce n'est pas une histoire sur le bouddhisme ou pour les bouddhistes.

Après tout, je ne suis pas bouddhiste.

C'est une histoire pour tout le monde.

Lorsque le jeune prince, qui est devenu la personne que nous appelons « le Bouddha », a quitté pour la première fois sa vie abritée et protégée dans le palais, il a vu, également pour la première fois, une personne âgée, une personne malade et un cadavre. Profondément troublé par ces visions, sa vie est devenue une quête pour surmonter les souffrances de la maladie, de la vieillesse et de la mort…

… Et il a réussi.

A-t-il atteint une longévité extraordinaire ? - Non.

A- t-il guéri les malades ? - Non.

A-t-il ressuscité les morts ? - Non.

A-t-il transformé l'eau en vin ? - Non.

Je crois qu'il nous a offert un plus grand miracle.

Il a découvert comment se libérer de la souffrance

Il n'a pas découvert comment surmonter la vieillesse, la maladie et la mort. Il a découvert comment nous libérer de la souffrance envers la vieillesse, de la maladie et de la mort.

J'écris ces mots peu de temps après mon soixantième anniversaire, ressentant un sentiment d'urgence à créer une différence positive dans le monde pendant que je le peux encore. J'écris ces mots alors que le monde est bloqué et craint la pandémie du coronavirus. J'écris ces mots après avoir entendu dire que quelqu'un dont j'étais très proche depuis de nombreuses années est décédé subitement d'un cancer.

Le cœur de ses enseignements est l'acceptation

Il y a des subtilités à ce que le Bouddha a découvert qui sont difficiles à saisir, même pour ceux qui se qualifient de bouddhistes, mais au cœur de ses enseignements se trouve l'acceptation… l'acceptation de ce qui est et l'acceptation de nos sentiments.

Les choses sont comme elles sont. Le vieillissement, la maladie et la mort sont des éléments nécessaires et inévitables de la danse de la vie.

Les années passent, ma barbe devient blanche, je dois porter des lunettes pour lire et écrire, mes jambes sont raides et douloureuses après quelques heures de dur labeur. Ainsi soit-il ! Le vieillissement apporte également une certaine sagesse et le ralentissement crée de l'espace dans l'esprit et le cœur.

Les maladies se propagent dans toute la communauté. Les plans sont annulés, l'infrastructure même de notre société craque et vascille. Ainsi soit-il. Peut-être que quelque chose de nouveau peut se développer dans l'espace entre les fissures.

La mort vient nous trouver tous un jour. Son heure et sa méthode nous sont inconnues. Ainsi soit-il. Mais qui ou qu’est-ce-qui meurt vraiment ?

Nous ne pouvons pas surmonter l'inévitabilité du vieillissement, de la maladie et de la mort, mais nous pouvons changer notre relation avec eux. Nous pouvons changer la souffrance, parce que la souffrance est quelque chose que nous créons à travers nos propres pensées et croyances.

 

Et la première clé est l'acceptation.

L'acceptation repose sur deux fondements. Pleine conscience et sérénité. Ces deux fondations sont indissociables.

La sérénité consiste à prendre du recul et à reconsidérer les événements dans un lieu de calme, d'immobilité, d'équanimité et de clarté. La sérénité est la pratique de la « pause sacrée » - la pause d'un moment de séparation entre un événement et notre réaction à celui-ci, la pause plus longue d'une forme de pratique de méditation structurée. Sans une telle pause sacrée, nous ne pouvons pas être en conscience. Nous ne pouvons pas voir clairement.

La conscience signifie voir clairement ce qui est - ce qui est réellement. La conscience implique de pouvoir distinguer les événements de nos pensées et les sentiments à leur sujet. La prise de conscience commence avec le moment présent, avec ce qui touche nos champs sensoriels, avec l'énergie qui coule dans notre corps et avec le mouvement du courant mental. Tout comme la conscience naît de la sérénité, la sérénité se nourrit de la conscience.

 

Accepter signifie-t-il devenir indifférent, distant et insensible ?

Non pas du tout. L'une des choses que nous devons accepter sans condition est nos sentiments. Nos sentiments sont naturels. Il est naturel de ressentir la peur du coronavirus, il est naturel de ressentir de la tristesse à la mort d'un ami. L'acceptation, cependant, nous libère de la tyrannie des montagnes russes de nos sentiments. Cela nous libère de la souffrance. Et, lorsque la pratique de la sérénité et de la conscience conduisent à une profonde acceptation, ce qui se produit dans le cœur, c'est une effusion de compassion et de tendresse…. Ou pour utiliser un autre mot – l’amour.

 

L'acceptation signifie-t-elle passivité, démission ou inactivité ?

Non pas du tout. Ce n'est que par la clarté de l'acceptation, que par la pratique de la sérénité et de la conscience, que nous pouvons voir clairement quoi faire. Grâce à l'acceptation, nos actions deviennent totalement appropriées et expriment la compassion et la tendresse de notre cœur. Elles deviennent l’amour en action.

 

Pour moi, c'est un vrai miracle.

Nick Hudis

Tél. : 0640900086
Mail
Site internet

Article créé le 27/03/2020 par Kalyani Ma Mukti

Le Bouddha n'a pas transformé l'eau en vin